All Posts By

Marie-Gabrielle Pic

IFAQ: principes et fonctionnement de L’incitation financière pour l’amélioration de la qualité

On vous explique le principe et le fonctionnement du dispositif d’incitation financière pour l’amélioration de la qualité (IFAQ) des établissements de santé

Sommaire

  • Qu’est-ce que l’IFAQ?
  • Qui est concerné par l’IFAQ?
  • Comment fonctionne l’IFAQ?
  • Quels sont les indicateurs pris en compte?
  • Focus sur un indicateur: mesure de la satisfaction des patients hospitalisés pour une chirurgie ambulatoire (MCO) via E-satis
  • La certification des établissements de santé: une procédure pleinement intégrée à l’IFAQ
  • Les infos à retenir

Qu’est-ce que l’IFAQ?

L’incitation financière à l’amélioration de la qualité des soins (IFAQ) a pour objectif de donner une plus grande place à la qualité dans le modèle de financement des établissements de santé. Expérimenté en 2012 puis généralisé en 2016, ce dispositif a vu son enveloppe globale augmenter de 50 millions d’euros à 200 millions d’euros en 2019. Il est piloté par la Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS) et la Haute Autorité de Santé (HAS). Ainsi, les établissements participants aux démarches IFAQ sont soumis à l’évaluation de leurs démarches qualité et peuvent donc prétendre à une rémunération en fonction des résultats atteints. Par ailleurs, ce dispositif est purement incitatif. Aucune pénalité n’est donnée aux structures les moins biens classés. Par conséquent, l’IFAQ peut être considérée comme une dotation supplémentaire versée au regard des résultats qualité d’un établissement de santé par rapport à d’autres établissements de santé comparables.

Qui est concerné par l’IFAQ?

Tous les établissements publics ou privés exerçant une activité MCO, SSR ou HAD.

Comment fonctionne l’IFAQ?

Des groupes de comparaison d’établissements homogènes sont constitués par champ d’activité (MCO, SSR, HAD) et sur des critères de volume d’activité. En 2019 par exemple, l’enveloppe allouée au dispositif a été répartie dans 12 groupes au prorata du poids économique de l’ensemble des établissements composant les groupes. Ensuite, au sein de ces groupes, les établissements sont classés en fonction de leurs résultats par indicateur de qualité défini par le dispositif. En clair, la rémunération d’un établissement dépend de trois facteurs:

  1. Ses résultats aux indicateurs retenus dans le dispositif et sa marge de progression entre deux relevés de ces indicateurs
  2. Dans son groupe de comparaison et en fonction du champ d’activité: par rapport au nombre d’indicateurs pour lesquels il se situe au-dessus du seuil de rémunération prédéfini (égal au “niveau atteint”) et l’évolution observée pour chaque indicateur (si une évolution est possible)
  3.  Son poids financier

Un exemple: la répartition de l’enveloppe IFAQ 2019:

Source: kit pédagogique de l’IFAQ 

Pour comprendre les modalités de calcul de la rémunération des établissements, vous pouvez vous référer à la notice technique de la campagne IFAQ 2019.

Quels sont les indicateurs pris en compte?

Pour chaque campagne IFAQ, les indicateurs pris en compte, les groupes de comparaison ainsi que les modalités de calcul de la dotation sont fixés par arrêté. Les indicateurs intégrés au dispositif IFAQ pour noter l’établissement appartiennent à des catégories, qui sont elles fixées par décret

  • qualité des prises en charge perçue par les patients
  • qualité des prises en charge cliniques
  • qualité des pratiques dans la prévention des infections associées aux soins
  • qualité de la coordination des prises en charge
  • performance de l’organisation des soins
  • qualité de vie au travail
  • certification

Il faut comprendre que les indicateurs ne sont pas les mêmes en fonction des activités (MCO, SSR, HAD). Seules les catégories (ci-dessus) sont communes. Ainsi en 2019, les 7 catégories citées précédemment ont encadré les indicateurs suivants, répartis en fonction des activités:

Source: https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/ifaq_livret_pedagogique.pdf

Ces indicateurs correspondent aux IQSS: indicateurs de mesure de la qualité et de sécurité des soins. Sur le site de la HAS, vous pouvez retrouver les fiches descriptives des IQSS pris en comptes dans l’IFAQ. Chacune de ces fiches précise la construction et les modalités de calcul en fonction du secteur d’activité concerné.

Focus sur un indicateur: mesure de la satisfaction des patients hospitalisés pour une chirurgie ambulatoire (MCO) via E-satis

Le dispositif de l’IFAQ utilise en partie les résultats issus des démarches nationales de mesure de la qualité déjà existantes. En outre, la certification des établissements de santé pilotée par la HAS est pleinement intégrée au dispositif IFAQ. Aussi, le dispositif “E-satis” proposé par la DGOS et la HAS permet le recueil des résultats liés à l’indicateur “Satisfaction des patients hospitalisés pour une chirurgie ambulatoire (MCO)”. Il s’agit d’une enquête menée tout au long de l’année. Dans ce contexte, elle évalue la satisfaction et l’expérience des patients hospitalisés pour une chirurgie ambulatoire à travers un questionnaire. Celui-ci suit les étapes importantes du parcours de soins : avant hospitalisation, accueil, prise en charge, chambre et repas, sortie de l’établissement et retour à domicile. En fait, la participation des établissements se fait au niveau du site géographique et consiste à:

  • Recueillir les e-mails des patients et extraire les patients concernés par la démarche dans un fichier prédéfini
  • Déposer tous les 15 jours, au minimum 1 fois par mois les fichiers d’e-mails de patients sur la plateforme nationale e-Satis.

Les établissements ont accès à leurs résultats sur la plateforme tout au long de la campagne. A la clôture des campagnes, fin septembre, la HAS produit des scores de satisfaction et d’expérience pour chaque établissement. Vous pouvez retrouver dans ce document toutes les modalités de calcul des scores de satisfaction et d’expérience E-satis.

La certification des établissements de santé: une procédure pleinement intégrée à l’IFAQ

La certification des établissements de santé est un indicateur à part entière dans la rémunération IFAQ. Ici encore, c’est la capacité d’un établissement à identifier ses leviers de progression, définir des priorités d’action et à améliorer ou mettre en place de vraies démarches pour l’amélioration de la qualité, qui est mise en avant. Elle fait l’objet d’un traitement spécifique. En effet, seuls les établissements certifiés sans recommandation (A) et certifiés avec recommandations (B) sont rémunérés au titre de cet indicateur. 100% pour les A, 66% pour les B. Cependant, si un établissement est en attente de certification ou non certifié, le directeur général de l’ARS peut planifier le versement de sa dotation IFAQ. Mais cela sous condition qu’il fournisse, dans un délai de 3 à 6 mois, un plan d’action d’engagement dans une démarche d’amélioration de la qualité.

Les infos à retenir

  • L’IFAQ est un dispositif d’incitation financière à l’amélioration de la qualité. Il fonctionne annuellement
  • L’enveloppe globale est de 200 millions d’euros
  • Tous les établissements de santé MCO, HAD et SSR peuvent y participer 
  • Il correspond à une dotation versée à un établissement de santé au regard de ses résultats qualité par rapport à des établissements de santé comparables
  • Le dispositif utilise les résultats d’indicateurs de mesure de la qualité des soins et de satisfaction des patients (IQSS), notamment via la plateforme E-satis, ainsi que la certification HAS des établissements de santé

Vous souhaitez obtenir la dotation IFAQ? MerciDocteur vous accompagne dans l’optimisation et l’amélioration de vos démarches qualité. Pour en savoir plus, contactez-nous!

Les avantages de Doctolib, coût et protection des données

En 2020, un français sur deux utilise Doctolib pour la prise et la gestion de ses rendez-vous médicaux. On vous présente le fonctionnement, les avantages de Doctolib, son coût et la politique protection des données.

Sommaire

  • Une plateforme de gestion des rendez-vous devenue incontournable

  • Les avantages de Doctolib: des outils pour améliorer la communication avec les patients et vous faire gagner du temps

  • Une baisse des rendez-vous non honorés

  • La téléconsultation : nouvel outil numérique en forte croissance

  • Le coût de Doctolib : un abonnement mensuel résiliable à tout moment

  • La protection des données de santé et le respect du secret médical

Une plateforme de gestion des rendez-vous devenue incontournable 

Le principe de Doctolib est simple: faciliter la prise et la gestion des rendez-vous. Si cela paraît évident d’un point de vue patient, qu’en est-il des avantages de Doctolib pour les praticiens ? Parmis les avantages de Doctolib, on retrouve l’agenda en ligne accessible sur n’importe quel support (ordinateur, tablette, smartphone), permettant ainsi de gérer les rendez-vous 24h/24,  selon ses besoins, et peu importe où vous vous trouvez. 

Les avantages de Doctolib: des outils pour améliorer la communication avec les patients et vous faire gagner du temps

Doctolib propose différents outils pour faciliter la communication avec vos patients et vous faire gagner du temps:

  • Des rappels automatiques de rendez-vous par emails et SMS; 
  • Une liste d’attente en ligne à proposer au patient; 
  • Un système d’alerte par SMS pour informer le patient en cas de retard ou d’annulation;
  • Pour informer le patient en cas de retard ou d’annulation, un système d’alerte par SMS;
  • Une fiche renseignant les informations administratives et médicales pouvant en être remplie par le patient en amont de la consultation;
  • Un partage sécurisé de documents avec les patients; 
  • Possibilité de recueillir l’avis des patients; 
  • Création d’un profil professionnel personnalisé sur le site (photos, localisation, tarifs,  description… etc.); 
  • Un outil de coordination des soins en adressant un patient à un confère en un clic; 
  • Communauté en ligne permettant d’échanger entre praticiens.

1 français sur 2 gère ses rendez-vous médicaux sur Doctolib

60 millions de patients visitent Doctolib.fr chaque mois

96% des patients recommandent Doctolib à leurs familles et amis

Une baisse des rendez-vous non honorés  

Doctolib annonce une division par trois des rendez-vous non honorés grâce à son outil de rappels automatiques de rendez-vous. La plateforme propose également de bloquer automatiquement ou manuellement la prise de rendez-vous en ligne pour les patients n’ayant pas honoré un ou plusieurs rendez-vous. Il est également possible de suivre l’activité de son cabinet en temps réel grâce à l’outil  statistique de Doctolib. Vous pouvez connaître, par exemple, le nombre de rendez-vous pris par motif de consultation, le taux de rendez-vous non honorés, le nombre de nouveaux patients etc.

La téléconsultation : nouvel outil numérique en forte croissance

Depuis janvier 2019, Doctolib propose aux professionnels de santé d’effectuer des rendez vous de téléconsultation directement via leur plateforme. Le principe est simple: le patient réserve une téléconsultation directement sur le site de Doctolib ou sur l’application mobile. Il renseigne ses informations ainsi que ses coordonnées bancaires. Le patient reçoit ensuite une notification l’invitant à se connecter à l’heure de la téléconsultation. De son côté, le praticien reçoit une notification et lance la téléconsultation lorsqu’il le souhaite, comme il le ferait pour  une consultation en présentiel. Si nécessaire, il peut également informer le patient qu’il a du retard. Une fois la consultation vidéo terminée, le paiement s’effectue automatiquement et l’ordonnance éventuelle est envoyée au patient via email.

3 millions de téléconsultations depuis mars 2020 (100 fois plus qu’avant le confinement)

33 000 praticiens équipés de la téléconsultation Doctolib 

80% des téléconsultations concernent des patients déjà suivis 

42% de l’activité des praticiens passée en téléconsultation en moyenne

La téléconsultation a ainsi permis aux praticiens de suivre et prendre en charge leurs patients sans avoir à se soucier des problématiques d’hygiène et de sécurité relatives au contexte épidémique. Ce type de consultation offre aussi un gain de temps considérable aux praticiens lorsqu’il s’agit de rendez-vous n’ayant pas nécessairement besoin d’une consultation en présentiel tels que le renouvellement d’une ordonnance ou l’interprétation d’un bilan sanguin. Autre avantage de la téléconsultation : permettre aux patients un accès aux  professionnels de santé dans les déserts médicaux.

Le coût de Doctolib : un abonnement mensuel résiliable à tout moment

Le prix est une composante importante à prendre en compte pour tout praticien désirant utiliser une plateforme de gestion de rendez-vous médicaux. Pour un médecin libéral, le coût mensuel de l’abonnement à Doctolib s’élève à 129 euros. 39 euros supplémentaires par mois viennent s’ajouter pour bénéficier du service de téléconsultation. Pour ce montant, Doctolib s’engage à installer, paramétrer et former les praticiens et leurs collaborateurs (assistants, secrétaires et remplaçants) à leur logiciel. L’abonnement est résiliable à tout moment. En outre, un centre d’aide en ligne est disponible 24h/24, 7j/7 et un  service client est joignable du lundi au vendredi.

La protection des données de santé et le respect du secret médical 

Sur son site internet, Doctolib assure protéger les données des patients et praticiens: « nous chiffrons ces données  de manière systématique et à plusieurs niveaux: les communications avec nos serveurs sont  chiffrées, les données les plus sensibles sont chiffrées, les espaces de stockage contenant ces  données chiffrées sont eux-mêmes chiffrés ». L’accès au compte du praticien ne peut se faire que par le praticien lui-même grâce à une politique de mot de passe d’authentification à deux facteurs.  

Les données personnelles sont confidentielles et seuls les praticiens et les patients y ont accès. Doctolib assure ne pas pouvoir les consulter: « Personne chez Doctolib ne peut accéder à ces données, à moins que vous en fassiez vous-même la  demande pour importer des informations issues de vos anciens logiciels ou pour des opérations de maintenance sur votre logiciel Doctolib »L’entreprise indique également que toutes les données sont stockées au sein  d’hébergeurs de données de santé validés par le Ministère de la Santé avec une permanence technique 24h/24 et 7j/7. Elle a également mis en place une protection anti Déni de Service Distribué (DDoS) pour se prémunir des attaques informatiques. 

D’autres articles sur des thématiques connexes:

La publicité chez les médecins: perspectives et e-réputation

Sous l’impulsion de la jurisprudence européenne, le Conseil d’Etat a pris le 6 novembre 2019 une décision visant à contraindre le gouvernement à supprimer l’interdiction de publicité pour les médecins. Cette décision va considérablement assouplir les règles relatives à la communication des médecins et à la gestion de leur e-réputation.

On vous explique pourquoi l’interdiction de publicité va à l’encontre des enjeux de e-réputation pour les médecins et comment la jurisprudence européenne a poussé les instances juridiques française à se prononcer pour la fin de cette interdiction.

Sommaire

  • Avis Google, e-réputation: des enjeux pour les médecins
  • Interdiction de la publicité pour les médecins: elle encadre strictement leur présence en ligne
  • Vers la fin de l’interdiction de la publicité pour les médecins
  • Une évolution rassurante pour la e-réputation en ligne des médecins

Avis Google, e-réputation: des enjeux pour les médecins

Aujourd’hui, les avis et les notes sur Google font et défont la réputation des professionnels de santé. De bons avis incitent largement les patients à prendre rendez-vous. En revanche, les avis négatifs peuvent totalement les faire fuir. La réputation des médecins sur internet est donc devenue un enjeu majeur pour tout médecin qui souhaite s’installer ou simplement maintenir son activité. Les usages d’internet ont fait évoluer les pratiques concernant la communication des activités médicales, mais elles se heurtent à l’interdiction de publicité.

Interdiction de la publicité pour les médecins: elle encadre strictement leur présence en ligne

En effet, le code de déontologie médicale, figurant dans le code de la Santé Publique, interdit sous l’article 19 toute publicité pour les médecins. Selon le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM), cette interdiction pose un cadre stricte quant à la présence en ligne des médecins. Dans son rapport de 2016 “Le médecin dans la société de l’information et de la communication », le CNOM affirme que la déontologie médicale ne s’oppose pas à la diffusion et à l’actualisation d’informations de portée générale sur le site internet personnel du médecin. En revanche, le CNOM condamne l’incitation à la publication de commentaires sur les sites des praticiens. « L’attribution d’étoiles via des applications” est également bannie. Il considère que ces pratiques entrent dans une activité publicitaire. 

Paradoxalement, il publie en 2018 un “guide pratique” pour aider les médecins à gérer leurs avis en ligne et améliorer leur réputation. Cela témoigne d’un décalage entre la réalité des pratiques internet et les recommandations du CNOM en termes de déontologie médicale. Mais la loi relative à la publicité pour les médecins est en passe de subir des évolutions majeures. Elles semblent largement favorables aux nouvelles pratiques liées au numérique.

Vers la fin de l’interdiction de la publicité pour les médecins

Officiellement, en tant que médecin, il vous est aujourd’hui impossible de faire de la publicité pour vous ou votre cabinet. En effet, l’article 19 du code de déontologie médical interdit “tous procédés directs ou indirects de publicité et notamment tout aménagement ou signalisation donnant aux locaux une apparence commerciale”. Si la publicité est interdite par le code de déontologie, ce terme (“la publicité”) n’est pas défini par le Code de la Santé Publique. Selon la jurisprudence, il s’agit de “la communication faite dans le cadre d’une activité commerciale, industrielle, artisanale ou libérale dans le but de promouvoir la fourniture de biens ou de services et favoriser le développement de l’activité concernée”. En vigueur depuis 1947, cette législation n’a jamais été remise en cause jusqu’à ce que la jurisprudence européenne conduise à faire évoluer la loi française.

2017: Evolution de la jurisprudence européenne

Le 4 mai 2017, l’arrêt Vanderborght rendu par la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) marque un tournant dans l’interdiction de la publicité pour les médecins. En effet, sur renvoi préjudiciel d’une juridiction belge, la CJUE a jugé que toute législation nationale “qui interdit de manière générale et absolue toute publicité relative à des prestations de soins buccaux et dentaires” est en opposition avec les traités européens. C’est l’article 56 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne qui est concerné. Celui-ci stipule que “les restrictions à la libre prestation des services à l’intérieur de l’Union sont interdites à l’égard des ressortissants des Etats membres établis dans un État membre autre que celui du destinataire de la prestation (…) « .

2018: Le Conseil d’Etat recommande l’abrogation de cette interdiction 

En réaction à la jurisprudence de la CJUE, le Conseil d’Etat publie en juin 2018 une étude. Elle juge que l’interdiction de la publicité est “susceptible d’être affectée par l’évolution de la jurisprudence européenne”.Dans ce contexte, le Conseil d’Etat propose “de supprimer l’interdiction de la publicité directe ou indirecte dans le code de la santé publique” . Il est aussi question de “poser un principe de libre communication des informations par les praticiens au public ». Il préconise également d’étendre la communication des professionnels de santé à trois domaines : leur biographie professionnelle, leurs compétences et pratiques professionnelles, ainsi que les informations pratiques relatives à leur activité, comme les horaires de leur cabinet ou les équipements dont il dispose.

2019: L’Autorité de la concurrence émet un avis favorable à l’assouplissement de la législation

En 2017, le Conseil de l’Ordre des médecins et le Conseil national de l’Ordre des chirurgiens-dentistes ont découvert l’existence de ventes de prestations effectuées par des médecins et chirurgiens-dentistes par la société Groupon. Celle-ci exploite une plateforme d’intermédiation permettant l’achat de produits ou services à des tarifs attractifs via un système d’achats groupés. Suite à cette découverte, ils ont débuté des actions de boycott contre Groupon, l’accusant de mettre en avant des pratiques publicitaires contraires à la déontologie médicale. L’Autorité de la concurrence a été saisie par cette société et a rendu sa décision le 15 janvier 2019. Elle s’est avérée largement favorable à l’assouplissement de la législation encadrant la publicité chez les médecins. En effet, l’Autorité de la concurrence a décliné sa compétence au profit de juge administratif, tout en insistant sur « la nécessité de modifier, à brève échéance, les dispositions relatives à la publicité, afin de tenir compte de l’évolution de la jurisprudence de la CJUE ». Il apparaît à ce moment-là inévitable que les règles encadrant la publicité des médecins s’assouplissent afin de favoriser leur développement et homogénéiser les pratiques européennes.

2019: le Conseil d’Etat saisi la Cour de justice européenne et contraint le gouvernement à lever l’interdiction

A l’occasion d’un recours dirigé par un médecin contre le refus de la Ministre des solidarités et de la santé d’abroger l’article 19 du Code de la santé publique, le Conseil d’Etat prend une décision mettant fin à l’interdiction de la publicité pour les médecins.  En effet, dans un un arrêt du 6 novembre 2019, le Conseil d’Etat juge l’interdiction totale de publicité pour les médecins et dentistes français non conforme au principe de libre concurrence du droit européen. C’est l’article 56 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne qui est mis en cause. Par cette décision, il entend ainsi contraindre la ministre de la Santé à procéder à l’abrogation de l’interdiction de publicité pour les professions de santé.

2020: Le gouvernement français dépose un projet de décret portant modifications à l’article 19 du code de déontologie médicale

Le 10 septembre 2020, le gouvernement français a déposé un projet de décret modifiant l’article 19 du code de déontologie médicale. Il supprime “l’interdiction de la publicité directe ou indirecte” qui existait pour les médecins au profit d’un “principe de libre communication et de publicité”. Bien évidemment, ce projet de décret n’autorise pas n’importe quelle pratique publicitaire. Elle interdit par exemple au médecin de recourir à toute méthode payante de référencement sur internet (type Adwords). Elle exclut également la comparaison avec d’autres médecins ou établissements ainsi que l’incitation à recourir à des actes de prévention ou de soins injustifiés. Néanmoins, le médecin pourra communiquer au public “par tout moyen, y compris sur un site internet, des informations de nature à contribuer au libre choix du praticien par le patient, relatives notamment à ses compétences et pratiques professionnelles, à son parcours professionnel et aux conditions de son exercice”.

Une évolution rassurante pour la e-réputation des médecins

Ce projet de décret ne lève encore pas totalement le voile sur les pratiques autorisées sur le web. En effet, il indique que la communication des médecins ne doit pas faire appel à des “témoignages de tiers”. Mais cet assouplissement de la législation se veut tout de même très rassurant quand aux avis de patients en ligne.

En effet, répondre aux avis de patients sur internet est une pratique courante et demeure aujourd’hui le seul moyen efficace pour éviter que de mauvais avis ternissent votre réputation. Proposer à des patients satisfaits d’émettre un avis sur leur expérience semble entrer dans le cadre d’une communication loyale et honnête. Elle viserait en aucun cas à contraindre le patient à communiquer sur un praticien ou un établissement.

Ces pratiques sont bien loin d’une communication agressive et tape à l’oeil. Répondre aux avis, recourir à des solutions de gestion de réputation ou à des outils numériques comme Google My Business permet aux professionnels de santé de répondre aux nouvelles attentes des patients tout en préservant leur activité. Il est fort de constater que ces pratiques sont vouées à se régulariser et à s’inscrire dans le cadre de la nouvelle législation à venir.

Google My Business pour les professionnels de santé

On vous explique pourquoi et comment Google My Business peut devenir un allié pour vous faire connaître, développer et pérenniser votre activité

 Sommaire

  • Gérer sa réputation en ligne: de vrais enjeux pour les professions médicales
  • 5 raisons d’utiliser Google My Business
  • Créer sa page Google My Business

Gérer sa réputation en ligne: de vrais enjeux pour les professions médicales

250 millions de rendez-vous pris via la plateforme Doctolib en 2019

La digitalisation de notre société n’échappe pas aux services de santé. Toutes les étapes du parcours de soins sont concernées par internet, de la prise de rendez-vous en ligne jusqu’au suivi patients. Cela a indéniablement bouleversé les pratiques médicales et la relation entre patients et professionnels de santé. Et si le bouche à oreille demeurait autrefois le meilleur moyen pour trouver un médecin, les réflexes des patients ont changé et sont tournés vers le digital. Aujourd’hui, internet permet au patient de choisir son praticien à partir d’une multitude d’informations qu’il ne possédait pas forcément auparavant: localisation, avis d’autres patients, notes, photos etc..

Les plateformes de prise de rendez-vous ligne témoignent directement de cette évolution: elles sont devenues en quelques années incontournables pour les patients qui ont désormais la possibilité de prendre rendez-vous en quelques clics. En 2019, 250 millions de rendez-vous médicaux ont transité par la plateforme Doctolib, à laquelle sont abonnés 115 000 praticiens. Cela a pour conséquence d’accroître la concurrence entre professionnels de santé. Ils sont obligés d’assurer leur présence sur le web et de gérer leur réputation en ligne afin de répondre aux nouvelles attentes des patients liées au digital.

Les patients vous notent et vous évaluent

77% des patients parcourent les avis et les notes en ligne

Pour obtenir des informations sur une personne, une marque ou un produit, le premier réflexe aujourd’hui est d’effectuer une recherche sur Google. Et la santé suit cette tendance: en effet, rechercher un professionnel de santé sur internet est entré dans les moeurs. C’est ici que les avis en ligne prennent toute leur importance puisque 77% des patients parcourent les avis et les notes en ligne pour choisir leur praticien. La bonne réputation d’un médecin sur internet influence donc considérablement la prise de décision du patient. C’est pourquoi le web est devenu un canal incontournable pour améliorer son image et inciter les patients à prendre rendez-vous.

En résumé, se doter d’un outil pour assurer sa présence en ligne et gérer les avis patients déposés sur Google est indispensable pour augmenter sa visibilité, cultiver une bonne réputation et développer sa patientèle. Pour assurer cette présence digitale, Google My Business (GMB) comporte de nombreux avantages.

5 raisons d’utiliser Google My Business

Créée en 2014, Google My Business (GMB) s’apparente à un annuaire “2.0” permettant aux entreprises et aux organisations de gérer leur présence sur Google. Posséder une page Google My Business comporte plusieurs intérêts:

1. Concevoir la “vitrine digitale” de son établissement

Simple d’utilisation et totalement gratuit, GMB offre l’opportunité de créer une véritable “vitrine digitale” pour son établissement. Cet outil se présente sous forme de fiche dans laquelle il est possible de renseigner de nombreuses informations: adresse, horaires d’ouverture, numéro de téléphone, services proposés etc. GMB permet également d’afficher des photos. Tous les avis et les notes déposées par vos patients sont aussi visible via votre fiche. Une fois validée, elle est librement consultable sur Google.

Les informations qui apparaissent sur cette fiche Google sont modifiables par son propriétaire via l’interface Google My Business

2. Maîtriser sa e-réputation, rassurer ses futurs patients

Parce qu’une personne à la recherche d’un praticien a besoin d’être rassurée, se construire un bonne réputation en ligne est essentiel. Cela passe par une attention particulière aux avis déposés par les patients, et particulièrement lorsque ceux-ci sont négatifs. Pour éviter qu’ils portent atteinte à votre réputation, GMB vous permet d’y répondre. Cela montre votre intérêt au regard de votre patientèle et vous aide à remporter la confiance des patients.

3. Agir sur son référencement local et booster sa visibilité en ligne

Le référencement local sur internet est indispensable puisqu’il permet de faire ressortir votre établissement dans les meilleurs résultats de recherche Google quand un patient cherche un praticien. Il faut savoir que plusieurs éléments influencent le référencement local:

  1. La proximité géographique
  2. L’exhaustivité et la qualité des informations fournies à Google
  3. Le nombre d’avis positifs

En fonction de votre localisation, Google My Business vous permet donc d’apparaître dans les résultats Google Maps des patients effectuant une recherche à proximité de votre établissement. Pour figurer parmi les premiers résultats suggérés au patient, il est recommandé de répondre aux avis. Cela a pour conséquence de mettre en avant les avis positifs. Ainsi, Google privilégiera votre profil par rapport à un autre praticien. Aussi, une fiche Google My Business complète et régulièrement actualisée sera mise en avant par Google. Toutes les informations pratiques contenues dans votre fiche Google My Business (horaires d’ouverture, lien vers votre site web, lien Doctolib, adresse postale, avis et notes) sont autant d’informations qui rassurent vos patients. De cette manière, Google My Business vous permet de gagner en visibilité sur internet et vous démarque de la concurrence.

Exemple de recherche sur Google Maps avec résultats de recherche géo-localisés

4. Mieux informer ses patients

Par ailleurs, une communication active sur internet influence considérablement la manière dont votre établissement est perçu. Pour cela, Google My Business vous permet de communiquer des actualités pertinentes relatives à votre activité, mais aussi d’interagir avec vos patients grâce à un système de questions/réponses. Toujours dans une logique visant à rassurer les patients, cette réactivité et proactivité incite les patients à prendre rendez-vous dans votre établissement.

5. Suivre son activité

Enfin, il est possible de consulter des statistiques sur sa fiche GMB et d’obtenir de nombreuses informations sur son activité. GMB vous fourni des indicateurs de performance comme le nombre d’apparitions dans les résultats de recherche Google ou le nombre de vues de sa fiche GMB sur une période donnée.

Google My Business est donc une solution de référencement et de gestion de réputation sur le web. Son objectif est de répondre aux enjeux et problématiques soulevées par l’utilisation croissante d’internet pour se déplacer, se divertir, se loger… et se soigner!

Créer sa page Google My Business

Pour vous lancer dans la création de votre page GMB, rien de plus simple. Rendez-vous sur la page permettant de vous inscrire puis effectuez les démarches suivantes:

  1. Saisissez le nom de votre établissement
  2. Renseigner la catégorie de votre activité
  3. Indiquez l’adresse postale de votre établissement si vous souhaitez apparaitre dans Google Maps
  4. Partagez vos coordonnées (Numéro de téléphone et URL de votre site web)
  5. Vérifiez les informations précédemment saisies et soumettez les pour validation à Google

D’autres articles sur des thématiques connexes: